Bibliothèques publiques et livres numériques : la misère

512px-livre

Source : création originale pour Wikipédia – février 2004 – par Colporteur

La nouvelle a été rapportée un peu partout, mais mérite qu’on la souligne » les grands éditeurs, ceux qui composent le fameux « Big Five » à savoir Hachette, Harper Collins, Macmillan Publishers, Penguin Random House, et Simon & Schuster, ont décidé de sevrer les bibliothèques en imposant une limite de deux ans aux livres numériques qu’elles achètent. Auparavant une bibliothèque possédait le livre numérique acheté sans aucune limite de temps, comme pour un livre papier. Les coûts de maintien du catalogue viennent donc d’exploser donc pour les bibliothèques publiques anglophones et les francophones qui achètent beaucoup de contenu chez Hachette.

Peut-être que cette forme d’avidité financière du « Big Five » servira à terme la cause des petits éditeurs indépendants et du livre autopublié.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s