Accumulation de données et vie privée des lecteurs : ce qui concerne l’édition

Avec l’Intelligence artificielle (IA), la collecte de données à tout vent par ceux qui diffusent sur le web une forme quelconque de contenu devient absolument toxique pour la démocratie.

Avec le livre numérique qui prend davantage d’importance économique en période de pandémie, les éditeurs ne sont pas à l’écart des soucis concernant la vie privée. Les liseuses amassent des tonnes de données sur les usagers de livres numériques.

Un livre papier ça n’espionne pas. Un lecteur qui se sent épié en usant de sa tablette de lecture ne sera pas enclin à acheter souvent! Payer pour être espionné c’est quand même un comble. Les éditeurs ont tout intérêt à mettre de l’avant des mesures pour s’assurer que leurs produits numériques et les liseuses qui les diffusent respectent la vie privée de leurs clients.

Les excuses sur les besoins en marketing afin de connaitre l’usager pour mieux offrir un service qui lui convienne ne tiennent pas.

Avez-vous déjà vu plus idiot comme publicité que ce dont nous bombardent Facebook ou YouTube?

La réalité c’est que d‘un point de vue de promotion et de mise en marché, il est besoin de très peu de données.

Quant à l’idée d’industrialiser la rédaction pour n’offrir que des textes ayant un maximum de chances de se vendre en plus grande quantité, c’est un désastre assuré pour l’édition. Parce qu’un algorithme de rédaction n’a pas besoin d’eux. Et son propriétaire va s’appeler Google ou Amazon ou Apple…

Bref, il est temps que les éditeurs se positionnent sur ce sujet incontournable : le respect de la vie privée.

Récemment, Privacy International, une organisation britannique charitable dont le but est précisément de militer pour la protection des droits individuels en matière de vie privée a interpellé Google l’an dernier au sujet des applications préinstallées et impossibles à déloger vendues avec les téléphones qui utilisent Androïd. Ces applications sont généralement mises en place par le fournisseur du service téléphonique, qui vend aussi le téléphone.

Récemment, Privacy International a publié la liste de tout ce que ces applications amassent comme données sur l’utilisateur, en résumé : absolument tout. Incluant les empreintes digitales de ceux qui utilisent cette méthode pour ouvrir leur téléphone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s