Metropolis Bleu et Congrès Boréal

C’est resté très discret enligne et nous l’avons hélas complètement raté (à notre grande honte) mais cette année encore Metropolis Bleu, cette magnifique institution qui soutient les efforts de littéracie au Québec, a produit une nouvelle édition du seul festival littéraire multilingue au Canada.

Ça vaut la peine d’en parler car cette année Metropolis Bleu a également coproduit Congrès Boréal

Or Congrès Boréal, dont c’était le 42ème mouture (!!!) c’est le rassemblement de tout ce qui est science-fiction, fantastique, fantasy et horreur. Une rareté dans le monde littéraire québécois et aussi francophone où les publics raffolent de fiction mais où les préférences des éditeurs et des écrivains s’orientent vers le roman d’auteur.

Une riche idée de Metropolis Bleu.

L’Allemagne s’inquiète pour la diversité du livre

L’excellent webzine Actualittés rapporte que suite à une étude  effectuée par l’institut DIW Econ et couvrant la période 2010 à 2019, le gouvernement allemand  étudie des mesures pour soutenir la diversité du livre sur son territoire.

Ce qui choque en particulier c’est cette fermeture de 22% des petites maisons d’édition. Cette vague s’accompagne d’une baisse des publications de nouveautés de 93 124 en 2010 à 78, 746 en 2019 et une baisse générale des achats de 36,9 millions d’unités en 2012 à 28,8 millions 7 ans plus tard.

En allemand, l’étude peut être téléchargée gratuitement

En cours : un festival du livre audio et du podcast en France

Signalé par un article de l’excellent webzine ActuaLitté, du 10 au 22 mai à Strasbourg en France se déroule un festival, et le 9e, du livre audio et du podcast. Produit par une organisation à but non lucratif dédiée au livre audio; La Plume de Paon, le festival offre une programmation surtout destinée aux publics scolaires, mais néanmoins à explorer afin d’en découvrir concrètement davantage sur ces dérivés numériques du livre que sont le livre audio et le podcast.

La Covid pour le livre anglophone? Une petite brise.

Jules Garnier: « Acrobates et charlatans »

Après que l’Association of American Publishers (AAP) ait publié ses chiffres de ventes pour 2020, révélant un surprenant bilan neutre pour l’année de la Covid, voilà que la Publishers Association du Royaume-Uni révèle que ses ventes de livres ont progressé d’un extraordinaire 7%, dans cette année 2020 qui a fait le malheur de la chaine du livre en français et dans presque toutes les autres langues. 

Selon The Guardian qui couvre l’affaire, cette performance spectaculaire est nourrie par un accroissement de 16% des ventes de fictions et de 12% des ventes de formats numériques, surtout le livre audio.

Non-fiction narrative / journalisme d’auteur : un nouveau genre médiatique est-il possible?

Le Labo de l’édition de Paris publiait récemment une entrevue avec un auteur, Walid Rachedi, cofondateur d’une nouvelle plateforme média sur le Web nommé Frictions

Ce nouveau média veut mêler journalisme et travail d’auteur pour raconter la réalité du monde de manière subjective, manière faite de récits, fictions, reportages et enquêtes. C’est un pari fascinant, aussi intéressant que celui de Walid Roumani avec Revue H, la revue littéraire basée sur les cryptomonnaies.

Réflexions sur une année de création en virtuel

Le 11 mai prochain de 9:30 à 11:45 hres le Centre Turbine à Montréal, propose durant une demi-journée un état des lieux des projets artistiques et pédagogiques qui ont pu être menés à bien virtuellement en dépit de la pandémie. Comment cela a-t-il été possible? Grâce à quelles stratégies et à quels outils? C’est ce phénomène d’adaptation, riche d’enseignement pour le futur, que la demi-journée tentera de cerner grâce à la collaboration de nombreux intervenants.

C’est absolument GRATUIT

Pour s’inscrire

Pour obtenir davantage d’Informations

Pour suivre l’évènement sur Facebook

La publicité en ligne : du pur gaspillage

En étayant son propos de nombreuses références, l’experte en commerce numérique Michelle Blanc fait une démonstration soutenue des carences de la publicité en ligne, à commencer par la fraude massive qui caractérise ce type d’opération. La facilité avec laquelle les clics peuvent être accumulés via de simples opérations de piratage informatique et le fait que les agences se contentent de refiler à leurs clients des listes de statistiques sans en vérifier la valeur, font en sorte selon Madame Blanc, que la fraude publicitaire constituerait la deuxième activité criminelle la plus lucrative pour la pègre après la drogue. Rien de moins.

Ce qui nous stupéfie nous, c’est l’indigence absolue de cette publicité avec laquelle les YouTube, Twitter et autres Facebook de ce monde polluent nos fils. Pourquoi diable s’acharner à nous espionner soi-disant pour notre bien si c’est pour nous refiler un stock publicitaire aussi pourri?