Le vidéopoème se professionnalise

Le genre devient de plus en plus sophistiqué avec des productions très élaborées qui n’envient plus rien à la production cinématographique ou télévisuelle traditionnelle. Elles sont un reflet des organisations qui cultivent la poésie vidéo avec autant de dévouement et d’expertise que de lucidité quant à l’atteinte des résultats.

Le « Visible Poetry Project » à New York produit un film par jour durant le National Month of Poetry aux États-Unis (normalement en avril). Ce poème, « Hate for sale », de Neil Gaiman, tiré du Visible Poetry Project est magnifique.

Évidemment, Neil Gaiman attire les esprits les plus créatifs. Mais le Visible Poetry Project en offre des dizaines à découvrir dans sa section « Videos ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s