Aux États-Unis, Twitter constitue une source majeure dans la consommation de l’information

Une enquête du Pew Research Center parue à la fin avril révèle que 23 % des américains utilisent Twitter et dans la catégorie des usagers adultes du réseau social, 70% y prennent les informations concernant l’actualité. Heureusement, seuls 8% des habitués du réseau considèrent qu’il est leur plus importante source de nouvelles.

Ces chiffres montrent néanmoins que Twitter a un impact considérable en matière de diffusion de l’information.

Un journal anglais investit dans le journalisme numérique…audio

The Telegraph est un important journal d’Angleterre. Lorsque la COVID a frappé, le journal a décidé d’investir dans le journalisme audio en créant un podcast spécialisé, le Daily Coronavirus Podcast, cinquième podcast lancé par le journal mais celui qui lui a permis d’augmenter son audience de 120 % à la fin de l’année 2020.

Avec la guerre en Ukraine, The Telegraph tente une autre approche qui mise sur Twitter Spaces, l’offre audio déployée par Twitter. C’est ainsi qu’est né Ukraine: The Latest, aussi offert sur Apple Podcasts. Séduit par la réaction des usagers et la visibilité offerte, le journal a l’intention de continuer à produire du journalisme audio en série, de manière limitée dans le temps, afin de procurer à ses lecteurs et usagers une couverture dynamique des grandes crises nationales et internationales.

Nous avons découvert l’orientation du The Telegraph grâce à Journalism.co.uk un webzine sur l’actualité du journalisme en Angleterre.

Le fil Twitter de The Telegraph est: @Telegraph

Les journalistes américains s’organisent un MediaFest!

Du 27 au 30 octobre prochain à Washington (où sinon là?), tout juste avant les cruciales élections de novembre, le journalisme américain s’organise un MediaFest. Fruit de la collaboration entre The Society of Professional Journalists, l’Associated Collegiate Press et la College Media Association, l’évènement propose quatre jours d’ateliers et de conférences où le numérique va avoir une large part avec des discussions sur les outils numériques d’enquête, et la place de la technologie dans le journalisme contemporain.

Ce sera à suivre.

Du contenu numérique pour accompagner les livres

Signalé par l’excellent webzine ActuaLitté, cette proposition lancée dans le cadre du Salon du livre de Turin.

Extended Book, un projet français, veut offrir aux lecteurs un contenu complémentaire qui documente les différentes références qu’un livre peut inclure: thèmes, lieux, personnages, évènements, etc. L’accès se fait à partir d’un code QR imprimé sur la quatrième de couverture.

La chose étonnante dans ce projet, c’est que le livre numérique existe précisément pour offrir les deux à la fois: le texte du livre et le contenu complémentaire. De nombreux logiciels existent qui permettent de créer de tels livres; Kotobee, Creative Book Builder, etc. Mais l’industrie ne les utilise pas et ne se donne pas la peine de produire ces livres multimédia qui sont beaucoup plus faciles et moins coûteux à produire que les compléments de Extended Book.

Septembre: un salon sur les prospectives technologiques du livre

Organisé par la firme française DotEvents, l’évènement Creativ’Book se tient le 12 septembre et offre aux artisans du livre un salon axé sur les grandes orientations numériques qui questionnent le livre. Creativ’Book veut aborder dans son salon des problématiques comme les nouvelles technologies du livre numérique, l’innovation dans la transformation digitale du livre, comment transformer et créer du contenu, etc.

Septembre nous dira si ce salon répond aux ambitions de ses promoteurs.

Pen America offre un manuel numérique pratique pour se défendre contre le harcèlement en ligne

Le manuel peut être trouvé ici.

Pen America en a eu l’idée de mettre gratuitement en ligne ce manuel afin d’aider les auteurs et les journalistes trop souvent victimes de harcèlement sur le web et surtout sur les réseaux sociaux. La guerre en Ukraine et le wokisme fournissent des exemples quotidiens. Le manuel couvre un très large éventail de sujets incluant comment se préparer à faire face au harcèlement en ligne, comment répondre à l’abus, comment continuer à maintenir une communauté numérique durant les épisodes d’abus, etc.

Un essentiel par les temps qui courent.

Les sujets abordés au dernier International Journalism Festival

Hé oui, le journalisme a maintenant son festival international, celui-ci lourdement financé par Meta (Facebook) et Google. Ça n’a pas empêché le festival, qui s’est déroulé à Pérouse en Italie du 6 au 10 avril, de porter son attention sur des sujets numériques préoccupants. Par exemple comment le téléphone mobile change l’approche du journalisme, (ce que l’agression russe en Ukraine démontre chaque jour), l’usage des outils de surveillance de masse déployés par des entreprises, ce que Google News Initiative propose aux journalistes ou l’émergence du journalisme de données.

Bien d’autres sujets y sont, tous illustrés par des vidéos encore disponibles sur le site du Festival.

Un énorme site de ressources pour le journalisme numérique

C’est anglais bien sûr mais Journalist Toolbox vaut l’effort. Fondé en 1996 et toujours édité par Mike Reilley, journaliste et professeur invité à la University of Illinois Chicago Journalist Toolbox appartient à la Society of Professional Journalists, un organisme américain qui regroupe environ 6 000 membres. Journalist Toolbox offre des tonnes d’outils pour la pratique numérique du journalisme. Par exemple des dizaines de références logicielles pour nettoyer et amalgamer des données, ou enquêter sur des corporations privées, vérifier la véracité de photos, de publications 2.0, ou encore de vidéos. Une section complète est consacrée aux logiciels et plateormes qui permettent de faire du journalisme d’enquête en mode numérique, incluant le Bellingcat Online Investigation Toolkit.

La guerre en Ukraine a démontré à la fois l’importance du journalisme numérique et son extraordinaire capacité à vérifier les faits. Géolocaliser l’endroit où un missile est tombé ou le site de l’explosion d’un tank, suivre à la trace l’avion d’un oligarque russe, trouver une photo satellite qui valide les dégâts causés à un navire, etc. Journalist Toolbox offre également une section complète d’outils sur le volet sécurité, un élément indispensable si on pense seulement aux dizaines de journalises tués, emprisonnés ou enlevés par les Russes.

Où l’on apprend que finalement, suivre les internautes à la trace n’est peut-être pas nécessaire pour la publicité

Source : wikimedia commons
Halftoning introduction.png: Slippens / derivative work: McSush

Depuis que Apple exigeait de ses fournisseurs d’application qu’ils permettent à leurs usagers de choisir de ne pas être suivi à la trace par les fameux cookies (le fameux « opt-out »), il y avait un vent de panique chez les publicitaires, les annonceurs et bien sûr, tous les éditeurs qui vivent de la publicité. Ça veut dire en particulier les journaux dont les sections marketing se demandaient comment faire pour maintenir la valeur de l’inventaire publicitaire. Maintenant que le temps a passé et que la Californie vient de claironner son intention de légiférer dans le même sens restrictif, le discours change. Finalement, tout le monde semble réaliser que le suivi invasif des usagers n’est pas nécessaire pour assurer le succès des publicités. Un excellent article sur le sujet a été récemment publié par Digital Content Next et la lecture en vaut la peine. Reste à voir comment les Kobo et Kindle de ce monde vont réagir.