Encadrer la fan fiction??? Le pari du producteur d’Evangelion

L’excellent webzine Actualitté rapporte cette nouvelle fascinante sur le plan du marketing numérique des livres. Dans le cadre d’un partenariat avec Netflix afin de relancer la série Neon Genesis Evangelion, le producteur Gainax et le créateur de la série Hideaki Anno, veulent réguler la manière dont le fanart et la fanfiction peuvent s’approprier l’univers de la série et ses personnages.

La fanfiction est un domaine immense. Certains sites-répertoires comme le bien nommé FanFiction comptent des centaines de milliers de récits dans des dizaines de genres complètement différents. Les créateurs de fan fiction et leurs publics constituent un extraordinaire outil de promotion des ventes, ce que les éditeurs, notamment ceux de la série Harry Potter, ont compris depuis longtemps. Ce sont eux qui conservent un livre ou une série de livres dans la mémoire des publics en l’actualisant sans cesse à travers leur production. Ils constituent le noyau de fans le plus actif et le pus influent.

Gainax fait preuve d’audace en voulant mettre un frein à leurs activités et l’essai sera suivi de près par de nombreux éditeurs.

Publication de microprogrammes logiciels sur Twitter

Jean-noël Lafargue @Jean_no enseigne les nouveaux médias à l’Université Paris 8 et il publie sur Twitter des microprogrammes générateurs d’images.

Comme celui-ci : /* allez, encore un programme qui tient à l’aise dans un tweet */ size(900,900); strokeWeight(2.5); noFill(); background(255); translate(450,450); for(float t=1;t<1280;t+=2){ rotate(random(TAU)); arc(0,0,t,t,random(TAU),random(TAU)); }

C’est amusant et original. À quand la publication d’un « livre » d’art?

Techno gratuite pour l’éducation…et l’édition

Free Technology For Teachers animé par Richard Byrne est le type de site à mettre en marque-page et à visiter régulièrement. Techniquement, les outils technologiques qu’il propose sont destinés aux éducateurs. Mais ces outils sont non seulement souvent utiles et pratiques pour l’édition, ils sont également présentés avec en vue la simplicité de leur découverte et de leur usage parce que les  enseignants disposent de peu de temps, ce qui est également le cas des éditeurs.

Accès libre à des contrats entre bibliothèques et éditeurs

InfoDocket est le webzine des bibiothèques publiques aux États-Unis. C’est un domaine spécialisé mais essentiel et le webzine annonce que l’Université de Iowa State vient de rendre accessible une collection d’ententes négociées au fil du temps entre éditeurs académiques et bibliothèques. Ces ententes sont souvent riches en détails qui révèlent les stratégies des uns et des autres.

Un choix de podcasts littéraires :

Il y a de plus en plus de podcasts sur la littérature et nous avons pensé vous en présenté quelques-uns, en anglais et en français, qui semblent reconnus pour être parmi les meilleurs.

En français d’abord :

Pile propose des livres, ceux de l’heure, eux à lire.

La page blanche qui invite des écrivains parle du processus d’écriture

3 Petits Points prolonge la lecture d’un livre en s’intéressant à la manière dont il a été écrit et aux dessous du processus de sa création.

En anglais :

Otherppl offre des entrevues avec des écrivains; que ce soit en fiction, poésie, etc.

Lit Up interroge des auteurs sur tous les sujets possibles concernant la littérature, l’écriture et l’édition.

The Guardian (oui, le journal britannique). Le podcast du célèbre quotidien réunit des auteurs, souvent célèbres, qui parlent sur des sujets qui les intéressent et qui ne sont pas nécessairement littéraires à proprement parler.

BookFight Le bien nommé BookFight réunit des auteurs qui s’éreintent sur des sujets qui touchent la littérature et la société. Le podcast en est à son 352e épisode, la formule doit plaire.

Between The Covers interroge des écrivains sur la littérature et le processus littéraire, les livres qu’ils écrivent, etc.

La fiction interactive évolue et gagne du terrain

Nous avons parlé l’an dernier de UNRD et des fictions interactives développées pour le téléphone cellulaire. Il existe maintenant de ces fictions qui se déroulent entièrement en mode texte comme Mansion.

D’autres se concentrent sur des récits en SMS comme Addict et d’autres enfin comme Hooked se déroulent en mode chat. Il faudra voir s’il s’agit d’une mode passagère où si le genre s’incruste.

Un podcast va devenir livres papier

Signalé par l’excellent The Bookseller, le podcast érotico-féministe « Dirty Diana », va se transformer en trilogie livresque, HarperCollins en ayant acquis les droits de publication. Lancé en juillet avec des actrices connues (Demi Moore, Lena Dunham, etc.) le podcast de 6 épisodes seulement a fait un tabac aux États-Unis. Voilà une preuve de plus qu’avec la pandémie, les frontières entre l’édition numérique et l’édition papier deviennent plus floues.

Telegram et le téléchargement illégal de livres

L’excellent webzine Lettres numériques fait état du piratage de livres via l’application russe Telegram. Conçue pour protéger ses utilisateurs de la surveillance de l’État, l’application peut en effet être utilisée sans vergogne pour y orchestrer le téléchargement illégal non seulement de livres, mais de toute forme de contenu numérique : photos, musique, vidéo, etc.

Mais ce n’est pas que le cas de Telegram. La piraterie de livres et de contenus touche l’ensemble des réseaux sociaux. L’an dernier nous avions écrit sur le piratage à grande échelle de textes d’auteur sur Amazon. Il y a là un problème de fond que les approches actuelles ne résolvent pas.